Chez Jirluin

Au bistro, 'Chez Jirluin', on parle de tout: de musique, de cinéma, des brèves de comptoir, etc... Entrez vite!!!!

24 janvier 2008

VERS LES ABYSSES

71042539

Et voilà, je suis passé par dessus-bord: il fallait bien que ça arrive un moment ou un autre, n'est-ce pas? J'ai été inattentif une fois de trop: ce coup-ci, une énorme vague a réussi à m'emporter, c'est vraiment pas de chance. Alors, me voici englouti par les eaux glacées d'un océan qui semble rendre la pareille à ce ciel si sombre et violent. Mon entrée dans l'univers marin ne se fait pas en douceur: mon corps se raidi subitement, agressé par ce froid hostile qui me fait souffrir pendant quelques instants. Heureusement cela ne dure pas très longtemps, et enfin, je commence lentement le voyage vers les paysages sans lumière.

Au début on se sent un peu seul, puis peu à peu je découvre que l'endroit est très fréquenté: des poissons, beaucoup de poissons.... Des harengs, des aiglefins, des soles, des congres et aussi des maquereaux et des morues ( Il vont bien ensemble ces deux-là! ). Finalement ma noyade a du bon, j'ai la chance d'observer ces créatures dans leur milieu naturel, le rêve de beaucoup de personnes. Et bien moi, je suis entrain de le vivre, pour de vrai, pas sur écran de télévision: la vie à porté de nageoire. Mais déjà la lumière décline peu à peu, j'ai tout juste le temps de reconnaître au loin la silhouette d'une baleine. Si sa majesté en personne est venu me voir, je suis satisfait. Mais d'autres surprises m'attendent....

Des raies viennent tourner autour de moi comme pour me souhaiter la bienvenue et..., non je ne rêve pas, l'architeuthis dux est là lui aussi. C'est un véritable miracle que de contempler le légendaire calamar géant, lui qui, pendant de nombreuses années a été un fantasme pour de nombreux scientifiques. J'ai eu de la chance de l'apercevoir car maintenant l'obscurité règne en maître ici. Pas tout à fait d'ailleurs, quelques point lumineux dansent un étrange ballet devant mes yeux ébahis. Mais c'est bien sûr!!! Il s'agit de cérates et les lueurs ne sont que des leurres destiné à attirer leurs proies: comme la nature est bien faite. La descente arrive à son terme parce que je ne ressent plus rien, j'ai l'impression d'être devenu aveugle, sourd et muet. Mon corps touche enfin un sol bien dur, me voici arrivé à destination. Le voyage a été épuisant, alors je crois bien que je vais m'autoriser une petite sieste.....

Posté par jirluin à 16:53 - COCA: Textes - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Dis, tu m'emmènes la prochaine fois ? non ?
    Joli texte j'aime bien cette caégorie... (nouveau sujet sur l'atelier si ça te dit, hihihihi)

    Posté par princesstorchon, 24 janvier 2008 à 17:40
  • Je vois avec ton excellent article sur la tour de babel que je peux partir l'esprit tranquille...ton texte sur les abysess est très beau, bravo !

    Posté par Le Père Aimé, 25 janvier 2008 à 08:34
  • j'aimerais aussi que tu m'emmènes la prochaine fois, mon ami, ne plus se battre, s'enfoncer dans le néant, flotter indéfiniment. Mais hélas l'instinct de survie est le plus fort. Elfie

    Posté par elfarranne, 25 janvier 2008 à 11:04
  • dragueur de fonds

    Un jour, un chalut remontera ta carcasse et, pendant qq heures, les JT scooperons (!) sur l'eventuelle découverte du squelette d'Alain Colas. Farceur, va!

    Posté par choule[bunker], 25 janvier 2008 à 15:25
  • rep

    @princesstorchon: merci, j'en prends note.

    @Père Aimé: Merci, et bonne continuation.

    @elfarranne: Bon, c'est décidé, je vous emmène tous.

    @choule[bunker]: mdr!!!

    Posté par jirluin, 26 janvier 2008 à 20:41

Poster un commentaire