Chez Jirluin

Au bistro, 'Chez Jirluin', on parle de tout: de musique, de cinéma, des brèves de comptoir, etc... Entrez vite!!!!

22 février 2008

AH, LE BON VIEUX TEMPS

200239885_001

Je suis pas fâché d'être en week-end après la grosse semaine de travail que j'ai eu, et celle qui arrive sera identique, alors un peu de répit ne fait pas de mal. Aujourd'hui je vais vous raconter mes années collège et lycée à travers les différentes catégories que l'on rencontrait à l'époque-et qui sont toujours les mêmes d'ailleurs. Car je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les élèves traînent pratiquement toujours par groupes de même tribus. Je m'explique ( Ça vous rappellera sous doute des souvenirs ): lorsque j'étais en cours, on voyait de plusieurs types de ces tribus, il y avait notamment le clan des pouffes-ah, je vois que cela vous dit quelque chose. Elles se remarquaient bien celles-là, toujours habillées comme si elles allaient en boite juste après la classe, et discutaient entre elles de sujets vachement passionnants: comment s'habiller samedi soir, disserter pendant des heures sur les différents types de maquillage, comment draguer les plus beaux mecs, etc..... Bref, on en avait toujours une ou deux dans notre classe et on essayait par tout les moyen des les éviter ( Facile vous me direz, il suffisait d'aller au CDI ). De vrais pestes ces filles-là, toujours à vouloir préparer de mauvais coups à nos dépends.

Il y avait aussi les rappeurs, ceux-là qu'est-ce qu'il étaient drôles, mais sans le vouloir, car il étaient du genre à se croire en plein coeur du ghetto de Los Angeles. Le soucis c'est que nous étions en pleine campagne, dans une ville de 7 000 habitants, alors pour les batailles de gangs et autres on pouvait repasser, même pas une seule voiture brûlée. Mais question vestimentaire, nos rappeurs étaient à fond dedans, on se serait cru dans un clip de TraceTV. Mais malgré leurs airs de gros durs c'étaient de très gentils personnes en fin de compte. Il y avait aussi la catégorie des intellos, toujours le nez dans leur livre de maths, l'air complètement ahuris si l'on s'intéressait à eux et finalement totalement inintéressants car leur seul sujet de conversation se limitait au dernier devoir de science physique. On les trouvait souvent dans les différents clubs, comme celui du théâtre ou d' échecs. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire ce n'était pas les plus haïs, mais vous le verrez plus tard. Ensuite, on trouvait les cancres bourrés d'humour, si, vous savez......ceux qui pour pallier leur mauvaises notes faisaient rire la classe entière. Moi je les aimais bien car il y avait toujours le moyen de rigoler un bon coup en leur compagnie, mais à la longue ils devenaient, c'est vrais, un peu saoulant. Arrivent ensuite ceux que je détestais le plus: les beaux gosses sportifs. Eux, c'étaient les amis des pouffes, toujours à parler de leurs prestations sportives du week-end ou à mimer le geste héroïque qu'ils ont réussis à faire pendant le cours d'EPS. Toutes les filles de l'école étaient en extases devant ces gars et nous ça nous fichait les boules parce qu'elles ne s'intéressaient pas à nous. Et oui car je suis sur que vous vous demandez dans quel catégorie j'appartenais; hein !!!!

Et bien dans celle des rebuts, des loosers, de ceux que l'on ne veut pas fréquenter. Et ouais, j'en faisais parti !!!! Il y avait des cancres, des intellos, des élèves moyens et nous étions tous unis par le goût de ne pas tout faire pour être aimé. On parlait de jeux vidéos, de cinéma, de musique, bref nous étions un peu des geeks avant l'heure. Nous étions pas très aimé car nous étions tout sauf glamours et attirants, nous étions les rebuts. En sport, par exemple, lors de la composition des équipes de volley, nous étions toujours ceux qu'on prenait en dernier.......enfin, le prof poussait les autres à nous prendre dans leur équipe malgré les protestations des beaux gosses sportifs qui auraient préférés nous voir dans les gradins ( Nous aussi on aurait aimé y être, c'est moins fatiguant ). Conclusion, nous étions les mal-aimés: jamais à la mode, jamais enthousiastes, mais contrairement aux autres nous acceptions n'importe qui dans notre grande tribu des rebuts....

Bon, vous en savez un peu plus sur ma vie trépidante et en bonus je vous met une petite composition que j'ai fait cet après-midi:

(Cliquez sur le lien)

Solo

Posté par jirluin à 20:32 - BLANC-SEC: Brèves de comptoir - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Et la catégorie petite fille sage ? c'est à dire celle qui est studieuse et attentive mais loin d'être une intello. Très timide, n'ose pas toujours s'affirmer. Elle porte toujours un vieux jeans et un pull. jamais un des beaux gosses ne l'a approché, car elle n'est pas assez fashion, les rappeurs la trouve ringarde, les intellos la trouve gentille mais pas suffisamment intelligente, les loosers n'ont jamais cherché à l'approcher non plus. Pour ceux qui n'appartiennent à aucune catégorie, le collège c'est dur ! Bisous mon looser !

    Posté par missbulles, 22 février 2008 à 21:17
  • REP

    @missbulles: étais-tu cette petite fille sage? Dans ce cas tu aurais fait partie de notre gang des rebuts anticonformistes.[Salut]

    Posté par jirluin, 22 février 2008 à 21:25
  • ah oui ça rappelle des souvenirs^^

    t'as oublié la catégorie des artistes incompris mdr
    moi j'étais souvent seule mais parce que-non seulement je trouvais les autres trop con ou méchants suivant les cas- mais parce que j'étais la solitaire de service,cachée dans un coin de cour en train d'écrire des chansons.

    Et mise à l'écart par les autres parce que je n'étais pas comme eux,et souvent les gens ont peur de ce qui ne leur ressemble pas.moi j'avais envie d'être artiste,j'avais de l'ambition,je pensais pas la même chose de la vie qu'eux,pas les mêmes goûts,pas la même vie,je travaillais assidument tout en étant assez rebelle contre les profs enfin bref...voilà pour mon cas.

    tu parles du CDI à un moment,j'y allais aussi pas mal pour lire,m'évader,et puis je préfère encore parler aux intellos du dernier TP qu'avec les pouffs qui causent mecs et chiffons

    Posté par géraldine, 22 février 2008 à 23:33
  • REP

    @Géraldine:Bienvenue dans notre club des rebuts lol. Nous aurions été là, tu serais venu dans notre clan... Les artistes, on en avait pas trop et incompris, aucun ( A la campagne, le mot artiste est presque bannis ). Les rares personnes qui avaient un côté artiste étaient avec nous.

    Posté par jirluin, 23 février 2008 à 00:39
  • Le CDI à l'époque, c'était un peu pour les rébus de l'enseignement^^

    Posté par Andy, 23 février 2008 à 15:01
  • Moi j'étais dans aucune catégorie décrite ci dessus! J'étais ni super à la mode. Ni super has been. Ni super populaire. Ni super à l'écart. J'avais ma petite bande de copines. Qui étaient comme moi. On parlait des garçons c'est sur. Même si on y connaissait rien. Et on rigolait bcp. Je dirais pas que le collège à été pour moi les meilleurs années de ma vie mais ça été pas mal quand.

    Et quand je suis rentrée en 3ème c'était trop bien. On été seulement 8 filles dans ma classe et nous on été un peu les chouchoutes des gars. Sans être les poufs^^ [demolite]

    Posté par polyne, 23 février 2008 à 17:38
  • J'étais cette petite fille sage !!!

    Posté par missbulles, 24 février 2008 à 06:33

Poster un commentaire